Gerberoy réchauffe les corps et les cœurs !

C’est à 6 H que, ce samedi 29 avril 2017, Alain, mon pilote de tandem, vient me rejoindre afin de participer à la 21ème édition de la randonnée cyclotouriste Frépillon-Gerberoy-Frépillon, longue de 200 km.

Affiche Frépillon-Gerberoy-Frépillon 2017

Il fait encore bien sombre en cette heure matinale, nous enfourchons donc notre monture tous feux allumés, et prenons la direction du lieu d’inscription à Frépillon. Très vite, nous sommes saisis par les 2° d’une froidure plus hivernale que printanière. Sur place, une boisson chaude avalée, nous débutons la randonnée vers 7 H, cernés d’un épais brouillard gênant la visibilité, malgré le jour déjà levé. Il nous faut être attentif au fléchage qui, du fait de la pluie de la veille, a tendance à s’effacer. Le parcours nous parait au départ assez sinueux, établi ainsi  sans doute pour contourner les grands axes. Nos mains sont à l’image du corps entier, frigorifiées, et je constate qu’Alain peine à se mettre en jambes. A l’évidence, il est transi. C’est seulement vers 9 H que le soleil monte le thermostat et dissipe le voile cotonneux, permettant à Alain de retrouver la forme.

Passé le département du Val d’Oise, nous traversons le pays de Thelle, jalonné en majorité de cultures de blé et de colza, véritable mer jaune et verte. Avant même qu’Alain ne me le signale, mes narines avaient été chatouillées par l’odeur enivrante du colza fleuri. Champs de colzaNous croisons des petits villages isariens tels Cauvigny, Mouchy-le-Châtel, Saint-Félix. Ensuite, c’est la traversée de la forêt domaniale de Hez-Froidmont qui demeure toujours un moment agréable. Au km 52, nous faisons un arrêt au Carrefour du Magasin, l’un des points centraux de ce massif forestier où se trouve un ravitaillement bien garni. Après la pause, nous reprenons l’itinéraire et roulons sur de petites routes qui serpentent à travers de vieux villages, des champs de blé et de colza en passant au-dessus de Beauvais. Quelques faux-plats et des petites côtes agrémentent le parcours. Nous rencontrons nombre de cyclistes qui, pour la plupart, nous saluent, nous encouragent. Nous n’échappons hélas pas aux rares mais habituelles réflexions dévalorisantes telles que « Celui de derrière ne pédale pas », « Vous êtes deux, c’est plus facile ! ». Certes, sur terrain plat ou en descente, les sensations sont euphoriques mais en côte, les effets sont plus mitigés. Il faut fournir davantage d’efforts pour hisser le tandem, tous les pilotes peuvent l’attester. Au cours de la sortie, un cyclo nous dépasse en s’écriant : « C’est de la triche, vous êtes quatre ! ». Ma réponse fuse, « Tu ne sais pas compter, nous ne sommes que deux», ce à quoi il rétorque « Oui mais vouLa rue du château, la Tour Porte et la maison bleues avez quatre jambes ». Je lui oppose un « C’est vrai, mais nous on a deux cerveaux, un chacun », qui le laisse sans répartie.

Avant d’atteindre Gerberoy, deuxième contrôle, il faut d’abord grimper une côte assez longue, bien négociée par Alain. Nous voici arrivés devant la halle, érigée au XVIIIème siècle et alors cœur actif du village. Dès les premiers pas daLa Halle-Hôtel de Ville (XVIIIème siècle)ns la cité médiévale, nichée à 30 minutes de Beauvais en Picardie, le charme opère. Classé parmi les plus beaux villages de France, ce hameau disposé sur sa butte dévoile ses charmes le long de ses jolies ruelles.Gerberoy : Ruelle pavée avec maisons en torchis Le peintre impressionniste Henri Le Sidaner parlait de « Gerberoy la silencieuse ». C’est en se perdant dans les venelles pavées de ce village, aux maisons faites de torchis, de bois et de briques, que l’expression prend tout son sens. En outre, Gerberoy sait mettre au parfum la rose qui est reine.Gerberoy : Autre ruelle pavée et maisons en torchis dont une peinte en bleu Elle se fête tous les ans, le 3ème week-end de juin. C’est un vrai décor cinématographique qui n’a pas échappé à plusieurs films d’époque.A Gerberoy, les Roses sont Reines

Alain a la bonne surprise d’apercevoir Véro, Edouard et Jean-Pierre, trois adhérents de notre club. Partis plus tôt de Frépillon, ils sont arrivés juste avant nous et pique-niquent paisiblement sur l’herbe, jouissant pleinement de la douce Gerberoy tiédeur du soleil. On récupère au plus vite notre casse-croûte afin de profiter de leur compagnie. Après cette pause restauration, nous repartons ensemble et sommes avertis que le retour sera plus corsé, ressemblant à des « montagnes russes », avec en prime un vent défavorable. Nous passons devant La Chapelle-aux-Pots, site où, à l’instar de l’an passé, Alain a une petite défaillance. En prélude à la côte de Lalandelle, il y a un faux-plat montant rectiligne interminable qui, à chaque fois, a pour effet de « sabrer » son moral. Aussi, nous sommes à la traîne et poursuivons péniblement l’escalade, à notre rythme. En revanche, juste après, se profile la côte de la Houssoye, moins longue mais plus pentue et celle-ci se franchit aisément. Nous traversons le pays de Braye avec un paysage qui diffère, très verdoyant. Dans les prés, certains bovins, de race Normande ou Holstein, sont aux premières loges poPendant que nous pédalons, certaines font la sieste.ur apprécier le défilé de l’unique tandem et des petites reines. Au km 150, nous rejoignons Pouilly, dans l’Oise, où se trouve un autre ravitaillement, moins fourni que le précédent. La césure nous réconforte et sommes prêts pour aborder la dernière portion du parcours. Encore quelques bosses sont au programme, dont celle du Ménillet, bien géré par Alain. Le final est plus pénible, la circulation devenant plus dense et surtout la fatigue commençant à se faire sentir. Nous voici bientôt à Frépillon où, sous le soleil, le périple s’achève à 17 H 30. Nous sommes certes bien las, mais avec la satisfaction d’avoir effectué un beau parcours. Une fois Cergy atteint, le compteur totalise 230 km.

A l'arrivée avec Alain et Edouard "le Papy" (à gauche de la photo)Je félicite vivement Alain qui, par son altruisme, a permis ma participation à cette superbe randonnée. Un grand coup de chapeau également aux bénévoles du club cyclotouriste de Frépillon, qui nous ont réservé un accueil des plus chaleureux. Véro a en outre reçu une récompense, une composition florale, en tant que féminine la plus méritante.

Dominique, présidente du CS Frépillon et VéroPari tenu, cette édition a encore été couronnée de succès avec 470 inscrits.

Alain (à droite) et moi

8 réflexions au sujet de « Gerberoy réchauffe les corps et les cœurs ! »

    • Je te remercie Guy pour ton commentaire, j’en profite pour remercier également Michel Vilpoix pour la mise en forme et la mise en images de mon récit. Au plaisir de te revoir très prochainement à la semaine club dans l’Aveyron. amitiés.
      Joseph

  1. Bonjour Joseph’
    Belle rando à vélo.
    Il me semble que lors d’
    un Paris -Londres,avoir traversé ce magnifique village où tout les jeunes mariées du coin venaient réaliser des photos souvenir.
    Amicalement
    Gabriel

    • C’est tout-à-fait exact Gabriel, en 2012, lors de notre périple Paris – Londres avec Arc-en-Ciel Aventure, lors de l’étape Gisors – Forges-les-Eaux, nous avions pique-niqué dans ce beau village. Au plaisir de te retrouver lors de la semaine fédérale à Mortagne-au-Perche.
      Amitiés.
      Joseph

  2. Bravo aux tandemistes ,la saison cycliste 2017 s annonce prometteuse pour les rouleurs de Cergy.félicitations aux deux complices.Cordialement. HENRI

    • Merci Henri, nous partons samedi à St-Geniez d’Olt où se déroulera la semaine cyclo du club, nous allons sillonner et découvrir une partie de l’Aveyron. Bonne continuation Henri et bises à Mireille.
      Amitiés.
      Joseph

    • Bravo encore à toi Véro pour cette belle récompense, ô combien méritée !
      Bises.
      Joseph

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

[+] Zaazu Emoticons Zaazu.com